Le plaisir comme guide

L’année dernière, pendant l’agnelage à la même période, je peignais ces deux peintures à l’huile en m’imprégnant du plaisir de ces nuits étoilées à la bergerie, d’assister à tant de naissances. A la bergerie la nuit, on est plongés dans un univers onirique, entre la chaleur de la paille scintillante et le froid de la nuit (peinture 1). Chaque naissance nous ramène à la nôtre, nous rappelle la simplicité et la puissance de la première expérience de la vie : la chaleur aimante de la mère, le chemin accueillant, protecteur et sûr vers le lait, la vie (peinture 2). Les expériences sont plus belles lorsqu’on porte vraiment attention à la beauté qu’elles recèlent.

Porter une forte attention à la beauté et au plaisir profond dans chaque expérience est un outil puissant de transformation vers plus de bien-être et de créativité. Il amène à prendre soin de soi et à agir selon son intuition et son naturel créatif. Par plaisir profond on ne parle pas de pulsion de compensation, de satisfaction éphémère, mais du plaisir plus en profondeur de se soigner et d’avancer, de créer, dans la légèreté, l’agilité, la puissance, la santé, l’amour.

A tout moment il est possible de s’y connecter en se demandant : Qu’est-ce qui me ferait le plus de bien/ le plus plaisir de faire, ici, maintenant ?

L’année dernière, pendant l’agnelage, un jour, la réponse a cette question a été : peindre mes plus belles visions de l’agnelage. La peinture à l’huile est pour moi une expérience de plaisir pur, d’expression, de liberté, de jeu, de rêve. Lorsqu’on se laisse guider par ce type de plaisir, les contraintes, les peurs, les difficultés n’ont pas d’importance. Seule la beauté et la justesse de l’instant présent compte.

Parfois, mon plaisir m’invite à prendre le temps de me soigner : boire de l’eau ou une tisane, s’étirer ou se masser, mettre de la musique et danser, prendre un bain avec des bougies. Parfois, il m’invite à agir : travailler à un projet, faire des recherches, finaliser des tâches en cours, mettre de l’ordre. D’autres fois, il s’agit de simplement me reposer, rêver, prendre le temps d’imaginer. Notre éducation, notre culture valorise tant nos capacités productives que l’on oublie l’importance du repos et du rêve. C’est pourtant en se nourrissant de rêves, que nous avançons vers une vie alignée, qui a du sens pour nous.

Alors, avant de se lancer dans une activité passive ou délétère, ou bien au coeur d’un moment de mal-être, il est bon de se demander ce qu’on aurait réellement le plus grand plaisir à faire, ici et maintenant.

Peintures à l’huile sur journal le 1 hebdo de format A4 réalisées en 2020 à Mothois.